Les 4 huiles essentielles anti-rides

Les huiles essentielles ont des vertus thérapeutiques, esthétiques et psychologiques. Leur utilisation peut se faire en dilution dans un bain, en inhalation, en massage ou encore en diffusion.

Mais quelles sont les huiles essentielles qui luttent contre les signes de l’âge ?

Elles peuvent avoir comme effet de stimuler la régénération des tissus cutanés, de protéger les cellules contre les radicaux libres responsables du vieillissement, d’améliorer la tonicité et l’élasticité de notre épiderme… Les huiles essentielles sont souvent utilisées comme principes actifs principaux des soins antirides de grandes marques…

Les plus utilisée sont :

Le Palma rosa
Le palmarosa est une huile essentielle de palmarosa est très parfumée, avec une odeur florale délicate qui ressemble à celle de la rose. Elle est l’une des meilleures huiles essentielles pour traiter les problèmes de peau.

Le géranium
Le géranium a une odeur sucré et forte. Elle est très souvent utilisée en parfumerie.
Aniba rosa odora est un arbre de la famille des Lauracées qui pousse dans la forêt tropicale amazonienne. On en extrait une huile essentielle à l’odeur proche de celle de la rose, à la fois puissante et très agréable. C’est une huile essentielle très douce, bien supportée, que l’on prescrit même parfois pour les bébés. Elle permet de traiter également les vergetures et les rides.

Le ciste
Le ciste et sa senteur chaude et fruitée a conquis de nombreuses femmes qui l’utilisent comme soin antirides. Cette huile essentielle est très efficace pour lutter contre le relâchement cutané.
Contre-indications : Attention aux personnes sous traitement d’anticoagulant.

Le citron
Le citron et sa fraîcheur incomparable permet de réduire les taches de vieillesse ou taches brunes (ou encore lentigo) et de protéger les cellules contre les radicaux libres responsables du vieillissement.
Contre-indications : N’utiliser se genre d’huile essentielle que le soir car il y a risque de photosensibilisation avec le soleil.

Attention aux femmes enceintes qui doivent  proscrire totalement l’utilisation des HE durant les trois premiers mois de la grossesse.

Ensuite, il faut limiter le recours aux huiles essentielles et privilégier les produits finis spécialement étudiés pour le public des femmes enceintes ou allaitantes.

Les huiles essentielles riches en cétones (neurotoxiques à hautes doses), phénols (molécules anti-infectieuses puissantes mais irritantes, comme le carvacrol de l’origan ou le thymol du thym…) ou en aldéhydes doivent être évitées systématiquement pendant la grossesse et toute la durée de l’allaitement. Eviter tout particulièrement la sauge officinale, la menthe poivrée, le cèdre de l’Atlas, le romarin officinal, le thym… Prudence aussi avec les HE à éthers comme celles de basilic ou d’estragon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *